Accueil / NATURE, GEOLOGIE ET PAYSAGES DU MONDE / Hong Kong et sa nature insoupçonnée : la péninsule de Sai Kung

Hong Kong et sa nature insoupçonnée : la péninsule de Sai Kung

Découvrons une toute autre facette de ce qu’on peut imaginer de Hong Kong, en explorant la péninsule de Sai Kung. Avec ses 10500 ha, la péninsule offre une nature insoupçonnée d’une beauté encore intacte. Difficile de croire que l’on se trouve à quelques kilomètres seulement du centre de la métropole la plus internationale d’Asie !

Longtemps reculée et méconnue, la péninsule de Sai Kung présente des pics élevés, un littoral découpé et des petits villages isolés. Aujourd’hui, le port de Sai Kung sert de point de départ vers les sentiers de randonnée et les plages parmi les plus belles du territoire.

Sai Kung : point de départ vers les sentiers de randonnées

Sai Kung se trouve à 45 minutes par la route ou à une heure de transports de Tsim Sha Tsui à Kowloon (au centre de Hong-Kong).

Stand de poissons et crustacés sur le port

Bateaux, sampans et jonques se pressent dans le port de pêche de Sai Kung. On peut y admirer (et déguster) de superbes homards, crabes, crevettes, seiches, coquillages en tout genre…

Les poissons et les crustacés sont destinés aux restaurants et aux locaux

Depuis Sai Kung, il faut prendre soit le bus n°94, soit le taxi vert ($55), pour se rendre à Pak Tam Chung, début des sentiers de randonnées. Les jonques sont très populaires ici : vous pouvez aussi louer un bateau si vous êtes nombreux pour vous rendre dans les criques et profiter des paysages sublimes en chemin. Nous, nous avons l’énergie pour marcher et admirer les paysages en hauteur à l’aller.

Le parc le plus grand et le plus fréquenté de la péninsule est Sai Kung East, qui abrite le High Island Reservoir, le Geological Global Park et les plus belles plages du coin !

Le High Island Reservoir

Le High Island Reservoir a été ouvert en 1978 suite à la coupure de l’eau par la Chine continentale durant les émeutes de 1967 à Hong Kong. Avec ses 273 m³, c’est la seconde source d’alimentation en eau de Hong Kong, Plover Cove étant le premier.

Vue sur le High Island reservoir

Ce réservoir a été créé suite à la construction de deux barrages : le West Dam et le East Dam.

Vue du East dam de Sai Kung

Le barrage est un batardeau constitué de 7 000 brise-lames qui protègent la côte de Sai Kung de l’inépuisable puissance de l’océan.

Des brises-lame de part et d’autre du chemin
On y est pas mal pour jouer à cache-cache !

Le High Island Reservoir recèle des sentiers menant à des points de vue exceptionels et des plages splendides. Au barrage est, des colonnes de roches hexagonales ressemblent à une cascade figée. Allons tout de suite voir ça de plus près !

Les prismes volcaniques de Sai Kung, uniques !

Bienvenue au Hong Kong UNESCO Global Geopark !

Nul besoin d’être géologue pour apprécier le Hong Kong UNESCO Global Geopark. Il comporte les formations géologiques les plus spectaculaires de Hong Kong, avec la zone de roches volcaniques de Sai Kung et celle de roches sédimentaires du nord-est des Nouveaux Territoires. Et c’est ici que l’on peut voir l’un des plus grands exemples de prismes volcaniques au monde !

Un moment de réflexion sur les prismes volcaniques : je suis assise au coeur d’un ancien volcan tout de même !

Ces colonnes de roches hexagonales sont appelées des prismes, ou orgues volcaniques. Elles résultent d’une éruption volcanique, des mouvements tectoniques et autres évolutions géologiques que je vais tenter de détailler juste ici.

  • Une formation géologique…
  • hors du commun…
  • …en hexagones…
  • …déformés !

Au coeur d’un ancien volcan

Les prismes volcaniques de Sai Kung ont pour origine le refroidissement de matériaux volcaniques à l’intérieur d’une caldeira, vaste dépression circulaire au coeur d’un ancien volcan.

Ce volcan était gigantesque, avec plus de 20 km de diamètre, au centre du « High Island ». Il a connu une série d’éruptions volcaniques violentes, il y a 140 millions d’années (Crétacé inf.). Une quantité énorme de cendres volcaniques et de lave ont jailli et la chambre magmatique étaient particulièrement viciée, ce qui provoqua l’effondrement du sommet du volcan, formant une caldeira. Celle-ci fut remplie des cendres et la lave volcaniques à l’intérieur de la caldeira qui ont refroidit graduellement et formé les colonnes de roches volcaniques hexagonales spectaculaires.

Les différentes étapes de la formation des colonnes hexagonales au coeur de l’ancien volcan (Schema du Geopark, traduit en français)

Des prismes volcaniques insolites

Alors que la plupart des prismes volcaniques dans le monde sont constitués de basalte sombre (pauvres en silices), ceux de Hong-Kong sont d’une couleur claire et composés de roches volcaniques acides (riches en silices).

Les géologues sont divisés dans l’interprétation de l’origine des roches formant ces prismes hexagonaux. Il s’agirait :

  • Soit de tuff, qui a été formé de cendres volcaniques qui auraient refroidit et été solidifiées dans la caldera
  • soit de lave porphyroclastique, produit lors vers la fin de l’ativité volcanique, formée par des masses de lave visqueuse qui se serait ruée  à l’intérieur de la caldera par les vents volcaniques et ensuite refroidit.

Les hexagones de Sai Kung en quelques chiffres

  • aire d’extension des prismes : 100 km²
  • diamètre moyen d’un hexagone : 1,2 m
  • plus grand diamètre observé : 3 m

La formation d’un réseau de fractures

La formation des fractures est une question de libération d’énergie. La lave se refroidit en commençant par sa surface qui se contracte en formant des motifs polygonaux (hexagonaux en principe). Comme la partie proche de la surface est solidaire de la partie plus profonde, des tensions apparaissent au sein du matériau tandis qu’il refroidit et se durcit graduellement. A partir de ces tensions, des fractures se forment et libèrent ainsi l’énergie de cette tension mécanique. Avant que les roches ne soient totalement solidifiés, les « cassures » en polygones se prolongent vers l’intérieur de la roche, formant une série de prismes. Progressivement, ces prismes s’effondrent et se décalent les uns par rapports aux autres, formant des colonnes resserrées qui font penser aux tuyaux d’un orgue.

Contraction de la lave lors du refroidissement (Schema du Geopark)

Ainsi, les orgues se forment par rétraction de la lave en fin de refroidissement. Le volume du matériau diminue lors de la solidification totale de la coulée.

La prismation qui se forme s’effectue perpendiculairement aux surfaces de refroidissement. Il en résulte des orgues verticales dans ce cas.

Pourquoi les prismes sont-ils hexagonaux ?

L’hexagone est le meilleur compromis géométrique permettant une répartition optimale des déformations et le relâchement des contraintes de retrait. Par exemple, les abeilles construisent des alvéoles hexagonales pour optimiser l’occupation de l’espace et utiliser le moins de cire. Chaque cercle de contraction est entouré par 6 autres cercles. Dans la zone centrale des cercles de contraction avoisinantes, les matériaux se contractent dans des directions opposées et créent des fissures, formant ainsi un réseaux de fissures hexagonales. C’est le cas pour de la majorité des prismes volcaniques où le refroidissement a été homogène !

Cependant, dans la nature, cet « idéal hexagonal » n’est pas toujours vérifié. Si le refroidissement du matériau est hétérogène, comme c’est le cas sur les bords de la coulée, les cercles de dessication varient en taille, ce qui donne des réseaux de quadrilatères ou de pentagones. Les substances qui refroidissent plus rapidement forment des colonnes plus petites, alors que celles qui refroidissent plus lentement deviennent des colonnes plus larges.

Une flexion liée à des tremblements de terre

Au fil du temps, des mouvements violents de la croûte terrestre ont formé les plis et torsions qui composent ces blocs rocheux.

La majorité de ces prismes volcaniques sont verticaux ou subverticaux. Cependant, des observations plus rapprochées le long des faces rocheuses révèlent que, à certains endroits, les colonnes sont inclinées ou ont une forme en S peu profonde.

Lors de la formation des colonnes hexagonales dans la caldeira, le matériau rocheux en refroidissement était dans un état plastique. Les tremblements de terre et l’affaissement de la base de la caldeira liés à l’activité volcanique seraient à l’origine d’un fluage (déplacement lent et continu) du matériau. La forme des flexions indique généralement que la direction du fluage était vers le sud-est.

Colonnes hexagonales déformées et traversées par un dyke

Les tremblements de terre et l’affaissement ont contorsioné les colonnes en forme de S. Un filon de basalte sombre, appelé aussi « dyke », traverse un groupe de colonnes. Ce dyke fournit un registre d’activités volcaniques et des mouvements de la terre dans l’histoire géologique de Hong Kong.

Les différentes étapes de la déformation des colonnes hexagonales et apparition du dyke (Schema du Geopark, traduit en français)

Le long de la côte sud-est et sur les îles qui sont exposés aux vents d’est et aux vagues, des grottes marines, colonnes de roches, voûtes et criques viennent améliorer la beauté du paysage naturel.

Les orgues basaltiques de Po Pin Chau (îlot à gauche) et High Island

Po Pin Chau faisait autrefois parti de High Island. Suite à l’érosion chronique provoquée par les fortes vagues, l’îlot s’est détaché. Ce phénomène est appelé stack ou pinacle de pierre.

Des sentiers de randonnées vers les plus belles plages de Hong-Kong

Les sentiers sont bien entretenus et parfaitement balisés, ce qui est parfait pour randonner. Ils nous emmènent à des points de vue exceptionels et des plages parmi les plus belles du territoire.  En plus, le bivouac est libre et gratuit !

La péninsule de Sai Kung offre des paysages parmi les plus beaux et les plus sauvages de Hong Kong

Long Ke Wan

En franchissant un col valonné près du barrage est, nous rejoignons Long Ke Wan, baie en demi-cercle associant eau turquoise et grande plage de sable blanc, entre falaises et caps…

Vue de la plage de Long Ke depuis le sentier

Cette plage est parfaite pour pique-niquer et installer sa tente ! C’est là où se regroupe bon nombre de Hong-Kongais. Ainsi, il vaut mieux privilégier de venir en semaine plutot que les week ends, pour plus de tranquilité.

Plage de Long Ke Wan

Tai Long Wan, Big Wave Bay

La baie de la grande vague attire les passionés de surf, mais aussi les randonneurs après une demi-journée de marche !

La péninsule de Sai Kung abrite les plages les plus agréables du territoire !
Tai Long Wan est la plus belle plage de Hong Kong

Sur cette baie, il y a quatre plages le long de Tai Long Wan, la « baie de la grosse vague » : Sai Wan (West Bay), Ham Tin Wan, Tai Wan (Big Bay) and Tung Wan (East Bay).

Sur la plage de Ham Tin Wan, deux restaurants proposent de quoi manger, mais aussi des boissons et noix de coco fraiches. Il est également possible d’y réserver des bateaux pour revenir à Sai Kung par voie maritime, lorsque le temps le permet. Sinon, vous aurez besoin de marcher jusqu’au Sai Wan pavillon, puis de prendre le bus ou d’appeler un taxi.

Retour au port de Sai Kung en bateau depuis la plus belle baie de Tai Long Wan.
Le retour en bateau permet de profiter des paysages magnifiques. Quelle quiétude à Hong Kong !

 

Pour plus d’infos, voici quelques liens utiles :

谢谢 Uncle Fai, cet oncle sportif, de m’avoir fait découvrir cette face cachée de Hong Kong ! C’est clairement l’un des endroits de Hong-Kong qui m’a le plus étonné, par son contraste avec les clichés de cartes postales de la ville !

Et vous, connaissiez-vous cette facette là de Hong-Kong ?

Saviez-vous que la campagne de Hong Kong représente 70% du territoire, et 41% est protégé par des parcs nationaux depuis 1960 ?

Connaissez-vous d’autres faces cachées de cette métropole ?

Dites-le moi dans les commentaires !

A propos de Anita

Voyageuse en sac à dos, je vadrouille autour de la planète, lentement, pour prendre le temps de rencontrer les gens, me perdre dans une ville ou la nature pour mieux la découvrir, et tomber sur des paysages insoupçonnés. J’ai ainsi créé ce blog voyage pour partager avec vous les récits de mes aventures autour du monde et proposer mes astuces de globe-trotteuse backpackeuse. Je m'intéresse également à la photographie et la géologie. C'est donc naturellement que je partage ici mes astuces photos pour le voyage et des explications pour comprendre comment se forment les paysages autour du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *