Depuis des siècles, les hommes se sont servis du ciel pour se guider. Malgré le vertige de l’infini que l’on peut éprouver parfois, il est facile de se repérer avec les constellations.

Pas besoin d’être scientifique pour savourer un ciel étoilé, et rien de tel que nos yeux pour les observer. Que l’on parte pour une simple balade céleste, ou pour un raid cosmique, observer le ciel procure le plaisir de l’évasion et de l’exploration.

Les conseils pratiques pour observer le ciel étoilé

Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici quelques conseils.

Quel est le bon moment pour observer les étoiles ?

Un ciel dégagé est idéal pour l’observation des étoiles. Guettez la météo, les nuages et la brume sont à éviter.
Les nuits avoisinant la pleine lune sont à éviter. Son éclat effacerait du ciel une bonne partie des étoiles.

Quel est l’endroit idéal pour observer le ciel ?

Choisissez un site avec une vue dégagée, à l’écart de toute source de lumière (villes, routes, voitures, habitations…) de préférence orientée vers le sud. En montagne, au bord de la mer… Retrouvez les endroits les mieux préservés de la pollution lumineuse grâce aux cartes interactives conçue par le club d’Astronomie du Vexin. Les Pyrénées, le plateau des Millevaches dans le Limousin et les Alpes, en dehors des stations de ski, sont les 3 régions les mieux préservées où il est possible de distinguer entre 2200 et 4000 étoiles à l’oeil nu.

carte de pollution lumineuse en Europe

Aperçu d’une carte de pollution lumineuse (Source : http://www.avex-asso.org/)

Quel équipement pour observer les étoiles ?

  • munissez-vous d’une carte du ciel et d’une boussole pour vous repérer dans le ciel, mais à défaut, vous pouvez vous baser sur le Soleil, en sachant qu’aux équinoxes (printemps, automne), il se couche exactement à l’ouest, et en hiver, il se couche plus au sud-ouest, tandis qu’en été où les jours sont plus longs, sa trajectoire se prolongera vers le nord-ouest. Lien pratique : retrouvez la carte du ciel en temps réel.
  • les jumelles, pour observer les amas et les planètes,
  • des vêtements chauds et des couvertures, même en été,
  • un tapis de sol pour s’isoler de l’humidité du sol,
  • une lampe-torche recouverte d’un film rouge (en tissu, verre, papier de bonbon, scotch d’électricien, peinture, vernis à ongles…) La lumière rouge permet de conserver l’adaptation des yeux à l’obscurité, ce qui n’est pas le cas des autres lumières.

Comment observer le ciel ?

  • ouvrez votre champ de vision, en vous allongeant ou vous asseyant la tête légèrement penchée en arrière.
  • évitez toute source d’éblouissement : téléphone, lampadaires, phares automobiles… Il faut attendre une demi-heure pour obtenir une vision maximale dans le noir. Si vous quittez une pièce éclairée, vos yeux vont devoir s’habituer à l’obscurité, laisser la pupille le temps de s’ouvrir complètement.

Les principales constellations visibles toute l’année

La Grande Ourse, le point de départ pour situer les autres constellations

La Grande Ourse est certainement la plus célèbre des constellations de l’hémisphère nord : les plus brillantes de ses étoiles dessinent la silhouette d’une grande casserole. Facilement repérable et visible toute l’année, elle permet de situer d’autres constellations, et des étoiles importantes comme l’étoile polaire !

Constellation de la Grande Ourse (Source : allthesky.com)

Cette constellation a différentes significations au sein des différentes cultures autour du monde.

Pour les Arabes de l’Antiquité, la Grande Ourse correspondait à un cercueil derrière lequel marchaient 3 « pleureuses ».

Pour les Romains, il s’agissait d’un chariot tiré par trois boeufs.

Dans la mythologie grecque, Zeus s’était épris de la princesse Callisto, fille du roi Lycaon d’Arcadie. La beauté de Callisto surpassait celle de Héra, épouse de Zeus, qui, par jalousie la transforma en ourse. C’est sous cette forme qu’elle donna naissance à son fils Arcas. Zeus plaça alors Callisto (la Grande Ourse) et son fils (la petite ourse)  dans le ciel da manière permanente.

La Petite Ourse

L’Etoile Polaire se repère facilement : en prolongeant 5 fois le bord de la « casserole » de la Grande Ourse. Elle se trouve au bout du manche de la « petite casserole » ou Petite Ourse. Savoir situer l’étoile polaire est aussi utile qu’une boussole : elle se situe en plein nord du ciel. La Petite Ourse se distingue facilement de la Grande Ourse non seulement par sa taille plus petite, mais aussi par un manche incurvé vers le haut.

La Petite Ourse et la Grande Ourse

Le Dragon

Constellation du dragon

Constellation du dragon (http://allthesky.com)

Le Dragon est l’une des constellations les plus étendues, avec une tête en forme de losange et un corps sinueux composé d’étoiles peu brillantes serpentant entre la Petite Ourse et la Grande Ourse. Ses étoiles restent peu visibles. Seulement 6 étoiles s’imposent au regard. Parmi elles, la plus brillante, située au niveau de la tête, est Etamin, de magnitude 2. En partant de la queue du Dragon, se trouve Thuban, de magnitude 3, l’étoile polaire du temps des Pharaons.

Il s’agirait du dragon qui gardait les pommes d’or du Jardin des Hespérides, appartenant aux trois filles d’Atlas, et qui fut vaincu par Hercule.

Cassiopée

En traçant une ligne de la grande casserole jusqu’à l’étoile polaire, vous tomberez sur un groupe d’étoile en forme de M ou W, c’est Cassiopée. Cinq amas stellaires sont visibles dans Cassiopée à l’aide de jumelles.

Dans la mythologie grecque, Cassiopée, était la reine d’Ethiopie, et épouse de Céphée. Elle offensa Poseidon en affirmant que sa fille, la princesse Andromède, surpassait en beauté les nymphes de la mer. Le dieu de la mer, courroucé, envoya alors un monstre marin dévorer sa fille, Andromède. Cassiopée fut exilée dans le ciel et contrainte à avoir la tête en bas la moitié du temps pour lui enseigner l’humilité.

Constellation de Cassiopée (allthesky.com)

Les constellations de l’hiver

Orion

Orion est l’une des constellations les plus grandes et des plus faciles à repérer. Cette constellation a été mentionnée par Homère, Virgile et même la Bible, ce qui en fait sans doute la plus célèbre des constellations. La figure d’Orion est en forme de sablier facilement identifiable, avec un alignement serré de trois étoiles à son centre : c’est la ceinture d’Orion. Au premier regard s’imposent deux étoiles. L’une peut paraître légèrement bleutée, Rigel, en bas à droite, et l’autre est rougeatre, Bételgeuse, en haut à gauche, en bordure de la Voie lactée. Cette dernière est une supergéante 43 millions de fois plus volumineuse que le soleil (520 a.l.).

Orion

Fils de Poséidon, Orion était chasseur légendaire qui se vantait de pouvoir tuer n’importe quelle créature sur Terre. Il est entouré de ses chiens, le Grand Chien et le Petit Chien. Il chassait régulièrement avec Artémis (déesse de la Chasse). Il fut tué soit par la flêche d’Artémis, soit par la piqure du scorpion qui deviendra plus tard la constellation du Scorpion.

Orion en forme de sablier

Le Grand Chien

Suivez la ceinture d’Orion vers l’horizon et vous trouverez l’étoile la plus brillante du ciel d’hiver, Sirius, véritable diamant du ciel, dans la constellation du Grand Chien. Sirius est accompagnée d’une petite étoile naine (pas plus grosse que la Terre) qui préfigure ce que sera notre Soleil dans 5 milliards d’années.

C’est l’un des chiens de chasse d’Orion. Dans la Rome antique, cette constellation se levait début juillet en même temps que le Soleil, à l’époque des plus fortes chaleurs, d’où le mot « canicule » (du latin canis, le chien). Dans l’Egypte antique, son lever en même temps que le Soleil était guetté avec attention car il marquait le début des crues du Nil.

La constellation d’Orion aide à repérer les constellations du Chien, du Gémeaux, du Cocher et du Taureau

Les Gémeaux

Les deux étoiles les plus brillantes d’Orion, Rigel et Bételgeuse, forment une diagonale qui dirige le regard vers la constellation des Gémeaux. Deux étoiles brillantes sont assez proches : Castor et Pollux. Elles représentent la tête de ces jumeaux. Castor appartient à un système complexe de 7 étoiles tournant les unes autour des autres ! Les gémeaux sont traversés en partie par la Voie Lactée et comptent une vingtaine d’étoiles.

Castor et Pollux sont les fils jumeaux de Leda, mais sont issus de père différents : le roi des Spartes pour Castor et Zeus (Il a séduit Leda sous la forme d’un cygne, vous suivez ?) pour Pollux. A la mort de Castor, Pollux demanda à perdre son pouvoir d’immortalité pour rejoindre son frère dans le ciel. 

Le Cocher

A droite des Gémeaux, se trouve la constellation du Cocher, à laquelle appartient une grosse étoile bien visible, Capella.

Dans la mythologie grecque, elle est assimilée à Amalthée, la chèvre qui allaite Zeus enfant, aidée par des abeilles qui nourrissent le jeune dieu de miel. Zeus honora Amalthée en la plaçant dans le ciel comme la plus grande des étoiles du Cocher. Cette étoile fait deux mille fois la taille du Soleil. C’est en raison de ce mythe qu’on appelle la chèvre la « fille du Soleil ».

Le Taureau

En suivant l’alignement ceinture d’Orion-Aldébaran, on trouve les Pléiades. Les Pléiades ne sont pas une constellation mais un amas d’étoiles (M45).

Dans la mythologie grecque, les Pléiades étaient des sœurs au nombre de sept. Ce qui correspond en effet au nombre d’étoiles que l’on peut voir à l’œil nu. Mais les Pléiades sont en réalité bien plus nombreuses ! Observez-les un peu plus longtemps, voire aux jumelles ou au télescope, et vous verrez leur nombre croître…

Les constellations de l’été

Pégase et Andromède

En continuant la ligne qui vous a servi à localiser Cassiopée, vous tomberez sur le grand carré de Pégase, collé aux étoiles bien alignées d’Andromède. Ensemble, Pégase et Andromède forment comme un grand cerf-volant, dont Andromède serait le fil.

Andromède était la fille de Céphée, roi d’Ethiopie, et de Cassiopée, qui offensa Poséidon, en lui ventant que la beauté d’Andromède surpassait celle de toutes les nymphes de la mer. Poseidon fit alors enchaîner Andromède à un rocher. Elle fut délivrée par le féros Persée (devenu également constellation).

Cassiopée (en haut), Andromède et Pégase (formant un cerf-volant)

La particularité d’Andromède est la tâche laiteuse visible à l’oeil nu, correspondant à la galaxie d’Andromède, la plus proches des galaxies, regroupant quelques 300 milliards d’étoiles.

Le Bouvier

Constellation du Bouvier

Dans le prolongement de la queue de la Grande Ourse se trouve une étoile très brillante : Arcturus. Elle fait partie de la constellation du Bouvier, en forme de cravate à l’envers.

La couronne boréale

Constellation de la Couronne Boréale

A côté du Bouvier, des étoiles forment un demi-cercle : c’est la Couronne boréale.

Dans la mythologie grecque, la Couronne boréale serait la couronne de Dionysos qu’il jeta dans le ciel lorsqu’il voulut séduire Ariane.

Le Triangle d’Eté (astérisme)

Le Triangle d’Été est constitué de 3 étoiles bien brillantes à proximité de la Petite Ourse et Pégase. Mais ne vous y trompez pas, ce n’est pas une constellation… C’est un astérisme, un regroupement d’étoiles appartenant à des constellations différentes, ici Véga de la Lyre, Altaïr de l’Aigle et Deneb du Cygne.

Il s’agirait du triangle du Nil, berceau de l’astronomie égyptienne.

Le Triangle d’été regroupe Deneb (constellation du Cygne), Véga (constellation de la Lyre) et Altaïr (constellation de l’aigle)

Le Cygne

Le Cygne est la constellation la plus simple à voir : repérez une croix (figurant le corps et les ailes) à l’intérieur du Triangle d’Été et dans la Voie lactée.

De nombreux personnages de la mythologie grecque ont pris la forme d’un cygne. Zeus a pris la forme d’un cygne pour séduire Léda, la mère des Gémeaux, et Hélène de Troy. Orphée aurait également été placé dans le ciel sous la forme d’un cygne à côté de sa lyre (une constellation également).

La Lyre

La Lyre est une petite constellation, de forme quadrilatérique, avec une queue formée à son bout par son étoile la plus brillante, Véga.

La Lyre est associée au mythe d’Orphée, le grand musicien. Orphée reçu l’instrument par Apollon, et sa musique est connue pour être la plus belle de toutes celles des mortels. 

Sa musique pouvait apaiser les colères et apporter la joie dans le coeurs fatigués. Errant dans la dépression après la mort de sa femme, il a été tué et sa lyre a été jeté dans une rivière. Zeus envoya un aigle pour récupérer la lyre qu’il plaça dans le ciel nocturne.

Le scorpion

Si vous avez la chance de trouver un horizon bien dégagé, tentez de localiser le Scorpion ! Les étoiles qui forment sa tête sont visibles tout l’été, au ras de l’horizon. Le Scorpion est composé d’étoiles aussi brillantes que celles de la Grande Ourse. La plus célèbre de ses étoiles est Antarès, qui se distingue par son fort éclat et sa couleur rougeâtre, la plus facile à localiser, mais parfois confondue avec Mars en raison de sa couleur. A la droite du coeur, 5 étoiles forment la tête. A gauche, se trouvent une longue ligne d’étoiles se courbant en un point d’interrogation à l’envers.

Constellation du Scorpion

Il existe une variété de mythes associés au scorpion, presque tous impliquant Orion, le chasseur. Celui-ci se ventait de pouvoir tuer tous les animaux sur la Terre. Après un long combat féroce avec le Scorpion, Orion fut vaincu. Cette bataille fut si difficile qu’elle attira l’attention de Zeus qui éleva le Scorpion au ciel pour toute l’éternité.

[divider style="solid" top="2" bottom="2"]

En attendant un ciel et un lieu idéal pour l’observation du ciel, vous pouvez aussi vous balader virtuellement dans Google Sky ou Google Earth.

Aperçu du ciel dans Google Earth

La plupart des constellations ont été imaginées par des astronomes grecs de l’Antiquité. Aujourd’hui, l’Union Astronomique Internationale en reconnait officiellement 88. Toutefois, rien ne vous empêche de chercher à en créer de nouvelles… Inventer des histoires sur les étoiles, dessiner de nouvelles constellations dans le ciel…