Après avoir découvert Ronda, je tente l’autostop pour la première fois en Espagne, réputée pour être le pays européen le plus difficile pour se déplacer en pouce. Ca me titille, j’ai envie d’essayer par moi-même, pour me rendre à Cadix.
Et… quelle surprise ! Les voitures s’arrêtent et les trajets s’enchaînent rapidement, avec un temps d’attente ne dépassant pas 10 minutes entre chaque voiture.

J’ai même eu la chance de m’arrêter à Arcos de la Frontera, un village blanc que je visite sur le trajet.

Photo le temps d’un arrêt à Arcos de la Frontera

Sur une aire d’autoroute, ce sont deux Gaditans (habitants de Cadix) qui s’arrêtent devant moi ! Au volant, il y a Manuel, marin et auteur, tout en un. Il est accompagné de sa mère Merche. Le temps du trajet, nous nous présentons et je leur explique le but de mon voyage en Andalousie : partir à la rencontre des andalous et pratiquer l’espagnol. Ils me parlent d’eux et de leur vie à Cadix. J’ai senti une joie de vivre incroyable chez eux, en particulier chez la maman, très expressive, qui a passé le trajet à rire aux éclats.

Sur la route, je regarde le paysage changer. Les reliefs disparaissent et laissent place à la plaine. Nous arrivons à Cadix, bâtie sur un rocher relié au continent par une route étroite. La cité est bordée par l’océan, ce qui lui donne des airs de bout du monde. Une pure invitation à l’appel du large. C’est d’ailleurs ici que Christophe Colomb a levé l’encre en 1493.

Vue satellite de Cadix

Le château San Sebastian est accessible par la plage de la Caleta

Cadix, de Gádir « forteresse » ou « chateau » en berbère et phénicien, a été fondée par les marins phéniciens comme un bastion commercial. Des murs et forts entourant la vieille ville ont été construits pour la protéger. Ses vestiges archéologiques remontent à 3100 ans et est revendiquée comme étant la plus ancienne ville d’Europe occidentale.

Le Centre historique de Cadix et la cathédrale vue depuis l’Avenue Camp del Sur

Aujourd’hui, Cadix est une ville où il fait bon vivre, avec un climat doux et ensolleillé, l’atmosphère est détendue et les habitants accueillants, comme me l’ont confirmé d’autres voyageurs rencontrés sur place. Parmi ces derniers, il y a Geoffrey, venu ici il y a 2 ans par le hasard de son voyage en sac à dos, et qui ne l’a pas encore quitté. C’est une ville qui invite à la promenade.

Manuel et Merche m’invitent spontanément pour déjeuner avec eux le lendemain. J’y rencontre le reste de la famille, tout aussi sympathique et accueillante. Le repas est convivial, autour d’un potage au poulet, un plat de dinde grillée avec des pommes de terre et un dessert andalou. Les discussions s’enchainent rapidement, souvent ponctuées d’éclats de rire. La famille est patiente lorsque je parle en espagnol et que je cherche parfois mes mots. Nous nous comprenons et c’est déjà encourageant pour moi !

Ces gaditants sont très accueillants. Juan, l’aîné, et sa femme, Magui, me proposent de venir chez eux à Zufre. Le départ est imminent ! Après une fraction de seconde de réflexion, j’accepte ! C’est un village méconnu, perdu dans les montagnes, au nord de Séville, ma prochaine destination. Pour que je puisse continuer à pratiquer l’espagnol à mon retour, Manuel m’offre spontanément son premier livre dédicacé qu’il vient tout juste de publier : El Amenecer de un hombre muerto (allez jeter un coup d’oeil, le livre existe aussi en français).

Que faire à Cadix ?

Voici quelques idées :

  • Se balader dans la vieille ville plein de charme
  • Grimper au sommet de la tour Nord de la Cathédrale pour avoir la plus belle vue sur la ville de Cadix entière.
  • Profitez du coucher de soleil à la Playa de la Caleta, à l’extrémité nord de la vieille ville.
  • Visiter les deux imposants châteaux autour de cette plage : le château de Santa Catalina, qui héberge des expositions d’art, et le château de San Sebastián. Ce dernier est devenu célèbre avec le tournage du fameux film de James Bond « 007 : Meurs un autre jour ». 
  • Gouter aux spécialités culinaires du marché de Abastos, le marché couvert le plus vieux d’Espagne, situé sur la place Libertad.
  • Le Carnaval de Cadix, un des plus anciens en Espagne, souvent cité comme étant le 3eme plus grand carnaval au monde. Habituellement en Février, le week-end avant le mercredi des Cendres.

Où dormir à Cadix ?

  • En auberge de jeunesse : la Casa Caracol est un lieu fantastique pour dormir (lits confortables) et pour rencontrer d’autres voyageurs (espaces de vie commune avec cuisine équipée, une bibliothèque, un salon aménagé avec coin musique, rétroprojecteur et ordinateurs à disposition, une terrasse débordante de plantes et de hamacs se berçant à l’ombre, et il y a même une salle de bain ouverte sur le ciel ! Les personnes qui y travaillent sont non seulement très accueillantes (barbecues et soirées à thèmes régulièrement sur le toit de l’immeuble, jusqu’à minuit pour ne pas déranger le sommeil des habitants), mais aussi de très bons conseils sur Cadix. Le tout placé au coeur de la ville et à bas prix.
  • Et pourquoi pas chez un gaditan, rencontré sur place, ou trouvé sur Couchsurfing

Une fontaine et un vieux ficus, promenade (Alameda) de Apodaca à Cadix

De Cadix, je me souviendrais plus des rencontres sur place que des lieux, pourtant chargés d’histoire.

Un grand merci à la famille Santana Romero pour leur bienveillance et leur hospitalité, aux voyageurs rencontrés à l’auberge et aux conducteurs rencontrés sur la route.

Je suis emmenée par Juan, Magui et les 2 fillettes à Zufre, dans leur village, Zufre, avant de visiter Séville.