Accueil / BLOG VOYAGE / L’art de marchander dans les souks au Maroc

L’art de marchander dans les souks au Maroc

S’engoufrer dans les souks est une occasion de s’imprégner de l’âme du Maroc ! Mais aussi le risque de vous voir repartir tout sourire avec un énorme tapis roulé sous le coude, car oui, les vendeurs ici sont redoutables et vous feraient acheter tout et n’importe quoi !
A Marrakech, les ruelles sont étroites, protégées du soleil par de la tôle ondulée ou des planches de bois. Les petites boutiques se succèdent, pleines de couleurs, de bruits et d’odeurs, tandis que l’on se faufile entre les habitants, les touristes, les mobylettes, les charettes, les ânes et les chats… Entrer dans une échoppe et négocier un objet est aussi une extraordinaire école pour apprendre à marchander dans les souks. En effet, comme dans de nombreux pays d’Afrique, le marchandage est une véritable coutume locale. Vous devez négocier dans les règles de l’art et adopter certaines attitudes pour communiquer vos interlocuteurs. Voici quelques astuces issues de discussions avec d’autres voyageurs et locaux et de mon expérience sur place, pour marchander dans les souks !

Astuce n°1 – On marchande avec le sourire, pas avec les sourcils froncés

L’atmosphère entre le vendeur et vous est primordiale. Si marchander au Maroc fait partie de la coutume, sachez que les locaux sont toujours ravis d’avoir à négocier avec des étrangers, en particulier pour pouvoir discuter et échanger avec eux. Détendez-vous et prenez le temps de discuter avec le vendeur de votre voyage et à lui poser des questions sur sa boutique… Ne vous en faites pas, les vendeurs sont curieux et savent animer la conversation. Ils adorent discuter et ont le sens de l’hospitalité ! Ils iront parfois jusqu’à vous offrir un verre de thé !
Aussi, comme partout dans le monde, les locaux aiment qu’on adopte leur langue. Même si les vendeurs marocains savent parler le français (et toutes les langues appris des touristes), connaître quelques mots en arabe sera très apprécié : « Salam Alikoum », « choukrane », « labes »…

Astuce n°2 – Se balader avant de négocier

Pour connaître les prix

Dans les souks, les prix sont rarement affichés et ils varieront en fonction du moment de la journée et du client. Il y a grosso modo trois tarifs appliqués par les vendeurs : le prix destiné aux touristes étrangers, celui pour les marocains vacanciers et celui pour les marocains résidents. C’est bien connu, le fait d’être étranger fait considérablement augmenter les prix. Mais le marchandage se pratique quelque soit la catégorie.
Avant de faire vos achats, faire un tour dans les souks permet de se faire une idée sur les prix pratiqués. Portez une attention particulière à la finition des produits et la qualité des matières qui peuvent faire une grosse différence au niveau des prix.

Pour bien choisir la boutique

Le choix de la boutique où vous allez faire vos achats est important. Dans toutes les médinas au Maroc, l’emplacement de la boutique influence fortement sur le loyer de son propriétaire. Par exemple, une boutique située à l’entrée des souks de Marrakech près de la fameuse place Jemaa el Fna est plus chère qu’une échoppe au fin fond de la médina. Les prix sont généralement plus élevés dans ces premières boutiques pour couvrir leur charge supplémentaire. Choisissez donc plutot une boutique plus discrète où les prix seront moins élevés.
Aussi, comme dans beaucoup d’autres pays touristiques, évitez les boutiques destinés uniquement pour touristes. Les produits manquent d’authenticité et sont généralement de mauvaises qualités, et vous n’aurrez pas un meilleur prix. Vous trouverez des produits de meilleure qualité et à un prix plus intéressant dans une boutique où se rendent les locaux eux-mêmes.

Astuce n°3 – Ne jamais proposer le prix de départ

Si vous dîtes un prix en premier, il y a beaucoup de chances que vous paierez plus cher votre produit. Essayez de ne pas demander le prix, en laissant le vendeur faire le premier pas vers vous. Dans le pire des cas, surtout paraissez juste un peu intéressé, et demandez d’un air détaché, comme par curiosité : “A combien tu me le proposes ?”.

A l’annonce du prix, divisez le en 3 ou 4 dans votre tête. Faites vous également une idée du prix maximum que vous voulez mettre. Puis, souriez, changez de sujet et parlez d’autres choses, tout naturellement.

Astuce n°4 – Bluffer c’est gagné

La négociation est un jeu. Vous l’aurez compris : ne jamais montrer votre intérêt pour le produit qui vous intéresse, au risque de voir son prix flamber.
A l’annonce du prix, souriez ! Faites comprendre à votre camarade de jeu que vous n’êtes pas un bleu, que vous connaissez les vrais prix des produits. Pour cela, vous pouvez ressortir quelques termes techniques que vous avez entendus lors de vos précédentes investigations (Astuce n°2). Donnez alors votre prix (calculé dans Astuce n°1).

Le vendeur va vous jouer la stupéfaction : il rentre à son tour dans le jeu et la partie peut commencer !

Astuce n°5 – Ne jamais augmenter son prix et faire preuve de patience

Le vendeur va spontanément faire un premier « effort » en diminuant son prix. Refusez poliment, expliquez que c’est gentil de sa part mais qu’à ce prix là, cela ne vous intéresse pas.

A ce moment-là, le vendeur vous demandera de monter un peu votre prix : « J’ai descendu le prix, monte un peu ton prix ! ».
Ne jamais prononcer un seul prix, même lorsque le vendeur vous demande combien vous seriez prêt à mettre.
Restez ferme sur votre décision, et n’entrez pas dans son jeu. Gardez en tête votre prix initial.

Astuce n°6 – Le faux départ

Tentez de partir poliment, sans rien acheter, en le remerciant pour ses efforts. Il y a fort à parier que le commercant vous rappellera après quelques mètres. Félicitations, vous avez gagné la négociation ! Tout comme le vendeur d’ailleurs, qui ne vendra jamais à perte.
Et si le deal ne se fait pas ? Cela signifie que vous avez atteint le prix exact, alors vous pourrez revenir plus tard et acheter au prix convenu. Ou essayer de négocier dans une autre boutique.

Derniers conseils pour la route

Les achats en début de journée

Vous aurez plus de chance de réussir vos négociations tôt le matin. En effet, une journée qui commence par une vente est un très bon présage pour les commerçants musulmans. Ils seront ainsi plus généreux en affaire.

Ne comptez pas sur les rabatteurs

Malgré la présence de plus en plus importante de la police touristique, vous rencontrerez certainement des rabatteurs ou des guides qui tenteront de vous ramener dans un souk. Ils ramènent les clients au vendeur qui leur reverse une commission par la suite. Vous ne serez pas donc en mesure de négocier un prix intéressant.

Pour le reste de votre séjour

Lorsque les prix sont affichés, comme dans les restaurants, le bus, les hôtels, aucune négociation n’est possible.
En revanche les tarifs des visites guidées ou des treks sont discutables, tout comme les activités destinées aux touristes.
Concernant les taxis, restez fermes et insistez pour que le compteur soit mis en route, sinon, changez de véhicule. Pour les grands taxis destinés aux trajets en dehors du centre-ville, il vous faudra discuter le prix, car souvent, le chauffeur vous compte l’aller-retour.

 

Pour conclure, souvenez-vous, la règle d’or est de ne jamais acheter quelque chose à son prix initial. Tous les prix proposés aux touristes sont exorbitants ! C’est en connaissant les prix que marchander dans les souks sera un vrai plaisir ! Aucun sentiment de perte, ni d’arnaque. Gardez à l’esprit que la négoce est un jeu. L’important est de participer et surtout qu’il y ait deux vainqueurs, pas seulement le vendeur ou seul l’acheteur.

Le marchandage est une tradition au Maroc. La différence culturelle nous offre tant d’occasions de découvrir de nouvelles choses surprenantes. Pour continuer ce voyage avec moi, venez découvrir à travers des photos et mon récit de voyage, Marrakech et ses environs !


Et vous, quelles sont vos astuces pour marchander dans les souks ?

A propos de Anita

Voyageuse en sac à dos, je vadrouille autour de la planète, lentement, pour prendre le temps de rencontrer les gens, me perdre dans une ville ou la nature pour mieux la découvrir, et tomber sur des paysages insoupçonnés. J’ai ainsi créé ce blog voyage pour partager avec vous les récits de mes aventures autour du monde et proposer mes astuces de globe-trotteuse backpackeuse. Je m'intéresse également à la photographie et la géologie. C'est donc naturellement que je partage ici mes astuces photos pour le voyage et des explications pour comprendre comment se forment les paysages autour du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *